Archives de Tag: société

L’offensive frontale est lancée

Ce pays de France est extraordinaire, pour régler un problème, on le légalise : une majorité de jeunes fume ou a fumé du cannabis, légalisons le ainsi que le drogues “douces”, on constate que deux homme ou deux femmes vivent ensemble et ont des rapports sexuels, faisons le mariage homosexuel, les enfants ne sont plus tenus par les parents, majorité à seize ans.

Trop de jeunes sortent su système scolaire sans diplôme, donnons la majorité à seize ans. Certes Madame Le Ministre Dominique Bertinotti ne présentera en fin d’année, selon le JT Guadeloupe 1ère du 02/10/2013, qu’un projet de “pré-majorité”, mais faut-il être dupe ? que l’on se souvienne des arguments et promesses lors du PACS.

Il y aura des arguments, certains déjà se font entendre dans ce JT, ils sont du même types, voire les même que pour la majorité à dix-huit ans. Je confesse que,vingtenaire en 1968, nous étions tous, ou presque, partisans de cette majorité à 18, même, et peut-être surtout, si nous l’avions obtenue à 21.

Aujourd’hui, nous nous rendons compte, ou nous devrions, que toutes ces changements fondamentaux, présentées comme des réformes, ont déstructuré notre société. Déresponsabilisation des parents, qui ne sont pas des “spécialistes” et vont traumatiser leur enfant, fin du service militaire obligatoire, baccalauréats multiple aux épreuves différentes par académie, fin  du pouvoir des profs, qui normalement sont les professionnels de l’école.

Au bout de tout cela chaque génération qui sort de l’école n’a rien en commun, pas même le brassage, qui était, j’en conviens, parfois violent, du service militaire. Dans chaque génération des individus qui ne parlent pas la même langue ! Ah si, elles ont en commun la violence au cinéma et dans les jeux vidéo, les drones étatsuniens qui vont tuer les gens chez eux. Ou un président français qui veut aller punir un autre chez lui.

J’entends déjà dire que le monde change, il faut s’adapter ! S’adapter… à quoi, à la dérégulation…. être celui qui va être plus compétitif, qui va manger son voisin, son ennemi en quelque sorte ?

Une société est un groupe organisé autours de piliers qui doivent résister aux tempêtes, qu’on enlève ceux qui existent, soit,mais par quoi les remplace-t-on, rien. Evoluons, soit, mais pour être meilleurs, le constat est accablant.

Et dans ce contexte où l’Histoire et la Philosophie ne sont plus ou pratiquement enseignées, où il devient impossible de comprendre d’où on vient pour savoir où on va, et encore moins où on pourrait aller, il y en a qui bataillent pour donner la majorité à seize ans. Seize ans ! Et bien sûr la majorité sexuelle à 14. Et après 13 ? retour au 19ème siècle ! avec travail le dimanche, la privatisation de la Santé et de l’École.

J.E.L. – 15/10/2013 – 23:18

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités et politique, Guadeloupe, Société

Ah la pensée unique …!

Aujourd’hui, 23/09/2013, sur Radio Guadeloupe, pardon Guadeloupe Première la radio (ouf… long et pompeux!) sur les coups de 8:00, Alex Kubi (1) interroge une dame qui, travaille, si j’ai bien compris, sur une chaine de télévision.

Il lui pose la question, devenue gênante, du moment : si tu étais maire, pourrais-je venir dans la mairie pour épouser mon compagnon qui a le même sexe que moi ? Prenant son courage à deux mains, la dame lui répond qu’il met le pied dans le plat, qu’elle serait très embêté et conclue qu’elle fait partie de l’ancienne génération, etc.. etc.

Non Madame, ce n’est pas une question de génération, c’est un choix d’organisation de notre société. En disant cela vous entrez dans cette multi-division que l’on fait de notre société : musulman contre non-musulman, fonctionnaire contre non-fonctionnaire, vieux avec de bonne retraite contre les jeunes qui n’en auront pas,  etc… et dans le cas qui nous intéresse ici “jeune” contre “vieux”, les “qui se disent progressistes” contre les autres, et par glissement successifs “les fachos” contre les autres ou l’inverse. Et bien sûr dire cela c’est être homophobe, tout comme critiquer la politique du pays Israël est qualifié d’antisémitisme.

On aura beau retourner les choses dans tous les sens, il faudra toujours un mâle et une femelle pour procréer. On me répondra qu’il ne s’agit pas ici de procréation mais d’amour (2) et de famille, bien qu’on nous ait dit lors des débats que cela s’arrêterait strictement au mariage.

On rétorque que les hétéros “produisent” des “homos”, certes, alors, en l’absence de chiffres à venir, on peut supposer que les homosexuels produiront autant d"’hétéro”s que les “hétéros” produisent d’homosexuels, ou alors il faut nier l’impact de l’environnement sur l’éducation et la formation de l’individu.

Il y en a qui font semblant de ne pas comprendre et disent mais qu’est-ce que cela enlève aux hétéros ? Sauf que le refus du mariage homosexuel, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom, n’est pas exclusif des hétéros. Mais passons, qu’est-ce que cela enlève aux autres, mais tout simplement le droit de dire “non”. On a enlevé, dans un pays qui se prétend démocratique, le droit d’une majorité, au moins 61%, de refuser un bouleversement fondamental de sa société. A cela on répond que si on avait fait un sondage au moment de l’abolition de la peine de mort, les gens auraient été contre. Je doute qu’il n’y ait pas eu de sondage sur le sujet à l’époque. De plus le fondement de la pensée de ce pays est chrétien avec le “tu ne tueras point” sans oublier les mobilisations sur le cas de Caryl Chessman exécuté aux USA en 1960, bref l’opinion était déjà contre la peine de mort. Mais ici la pensée chrétienne retenue pour cette abolition, ne vaut plus pour ce mariage dit pour tous.

On fait semblant d’oublier que notre société s’est organisée sur ce constat naturel. Mais voilà, l’Homme pense pouvoir dominer la Nature. Il oublie que tôt ou tard elle reprend ses droits.

A moins que tout cela ne corresponde à un projet organisé de dépeçage de notre société.

J.E.L- – 23/09/2013 – 18:05

(1) qu’il me pardonne si l’orthographe de son nom est incorrecte.

(2) et l’on confond allègrement amour et pratique sexuelle

Poster un commentaire

Classé dans Guadeloupe, Société

Bien éduqués…

JT de Guadeloupe 1ère du dimanche 08/09/2013, suite de l’affaire Allan en Martinique : une marche pacifique, contre la violence qui se transforme, certains diraient dégénère, en expédition punitive. Que l’on me permette de m’étonner que l’on s’étonne. Ces jeunes gens sont parfaitement en symbiose avec le système dans lequel ils vivent : éduqués à la violence (jeux vidéo, cinéma…) depuis la maternelle où on leur apprend que leur avis vaut celui d’un adulte. Qu’un adulte autre que leurs parents ne peut leur faire aucune remontrance pour une conduite inappropriée. Sans parler de ces parents qui, avant même d’entendre le pourquoi des chose, sont prêts, et parfois le font, à agresser celui qui tenterait de raisonner leur enfant. Ne parlons pas des enseignants qui, passés la grille de l’établissement scolaire n’ont plus le droit à aucune remontrance, et ceci même à l’intérieur de l’école sans être dans le droit dit commun.
Bref, "paix" et "punition", ne sont-ce pas là les arguments du président français, qui veut aller faire la guerre à un pays souverain, au mépris du droit international, que lui-même et ses, oserais-je dire, acolytes, ont mis en place, au prétexte que le gouvernement suscité aurait commis un acte inqualifiable ?
Alors l’assassinat d’un jeune, n’est-il pas un acte inqualifiable ? Ne mérite-t-il pas une punition ciblée ? Ces jeunes n’ont pas touché à l’occupante de cet appartement, territoire privé, mais on détruit des meubles, attaque ciblée ?

J.E.L – 09/09/2013

2 Commentaires

Classé dans Guadeloupe, Société

Donc, un référendum

De lointaines histoires nous racontent que la décadence de la civilisation grecque a été marquée par une pratique de l’homosexualité par trop répandue. Cause du déclin ou signe de celui-ci, qu’importe car nous laissons là cette péripétie qui a donné une expression populaire insultante pour celui à qui elle s’dresse et plus encore pour le berceau de la démocratie.

Intéressons nous quelque peu à l’espèce humaine. Peut-on mettre en doute que la finalité d’une espèce est sa pérennité, donc de se reproduire ? La nature en quelques millénaires a mis au point le mode de reproduction le moins aléatoire, c’est-à-dire sexué par accouplement intime. Sur ce fait l’église a bâti le mythe d’Adam et Eve, assurant qu’il n’était pas bon que l’homme soit seul.

couple_enceint_2On raconte que dans la nature aussi existe l’homosexualité, soit, mais ces animaux-là n’enfantent pas et n’adoptent pas.

Laissons là aussi la religion. Notre société laïque se basant, il faut bien partir de quelque chose, sur un état naturel, s’est donné comme socle la famille constituée d’un couple mâle-femelle et ses enfants.

Napoléon, par commodité, a institué le divorce. La procréation a été dissociée de l’acte sexuel pour n’en conservé que la plaisir. La péridurale a mis fin aux douleurs de l’accouchement. Les bébés-éprouvette ont permis aux couples stériles de former une famille.On voit bien le danger qui guette d’une reproduction hors famille et sans acte sexuel avec toutes les dérives possibles du choix de la couleur des yeux, de la peau, de la “qualité"é” du cerveau, etc.…

Aujourd’hui on se propose de changer par la loi le dernier fondement de notre organisation sociale, je pose la question cela est-il légal, ou simplement honnête ? Trois centaines de personnes peuvent-elles décider de ce changement fondamental pour soixante-cinq millions ?

Uns solution existe : demander aux gens ce qu’elles en pensent.

J.E.L. – 07/07/2012 – 11:55

5 Commentaires

Classé dans Actualités et politique, Moeurs