Archives de Tag: Guadeloupe

Bien éduqués…

JT de Guadeloupe 1ère du dimanche 08/09/2013, suite de l’affaire Allan en Martinique : une marche pacifique, contre la violence qui se transforme, certains diraient dégénère, en expédition punitive. Que l’on me permette de m’étonner que l’on s’étonne. Ces jeunes gens sont parfaitement en symbiose avec le système dans lequel ils vivent : éduqués à la violence (jeux vidéo, cinéma…) depuis la maternelle où on leur apprend que leur avis vaut celui d’un adulte. Qu’un adulte autre que leurs parents ne peut leur faire aucune remontrance pour une conduite inappropriée. Sans parler de ces parents qui, avant même d’entendre le pourquoi des chose, sont prêts, et parfois le font, à agresser celui qui tenterait de raisonner leur enfant. Ne parlons pas des enseignants qui, passés la grille de l’établissement scolaire n’ont plus le droit à aucune remontrance, et ceci même à l’intérieur de l’école sans être dans le droit dit commun.
Bref, "paix" et "punition", ne sont-ce pas là les arguments du président français, qui veut aller faire la guerre à un pays souverain, au mépris du droit international, que lui-même et ses, oserais-je dire, acolytes, ont mis en place, au prétexte que le gouvernement suscité aurait commis un acte inqualifiable ?
Alors l’assassinat d’un jeune, n’est-il pas un acte inqualifiable ? Ne mérite-t-il pas une punition ciblée ? Ces jeunes n’ont pas touché à l’occupante de cet appartement, territoire privé, mais on détruit des meubles, attaque ciblée ?

J.E.L – 09/09/2013

2 Commentaires

Classé dans Guadeloupe, Société

Trente degrés, couleurs…

Lucien Jean-Baptiste semble avoir fait le film qu’il aurait voulu faire, et le succès de “La première étoile” le lui a permis.

Je ne sais pas s’il obtiendra le même succès, tant ce film s’adresse aux Antillais en posant la question “qui sommes-nous ?”, autant que le précédent s’adressant aux franco-français leur disant nous sommes des gens” normaux”.

affiche-30-couleurs“Normaux”, mais comment ? Derrière la comédie, “30° couleurs”  présente un drame : drame d’une histoire explosée, trente années sans retourner au pays, éparpillée : famille explosée, éparpillée, d’où les rancœurs accumulées par la sœur qui a dû se sacrifier. Derrière le rire les larmes : les larmes de la douleur d’être soi. Etre soi, sans se réfugier dans l’excès :  excès de silence de la sœur cadette, excès excès de transfert de la mère, qui déifie celui qu’elle a envoyé réussir, mère qui veut être enterrée ailleurs pour avoir trop souffert au pays, excès de rhum de l’ami d’enfance resté au pays, excès du carnaval du pays entier, excès de responsabilité de la sœur ainée, excès d’admiration du beau-frère, et même excès de la réussite, le héros étant une star de la télévision Culturelle… française.

Chronique d’un pays, et de ses gens, en survivance.

J.E.L – 18/03/2012 – 11:29 – MàJ 13:20

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma, Outremer

Vœux sur la téléphonie mobile

Aujourd’hui, 22/01/2012, en Guyane, lors de ses vœux aux Outremers, le président a dit :

"Alors, il reste deux sujets que je souhaite voir traiter : le premier, c’est celui des tarifs de la téléphonie mobile entre l’Hexagone et les Outremers. Moi, je suis désolé, je n’accepte pas, et je n’accepte pas, que les opérateurs appliquent aux communications entre les Outremers et l’Hexagone des tarifs parfois plus élevés que pour des appels vers l’étranger. La continuité territoriale, c’est aussi les tarifs de la téléphonie mobile !

Le gouvernement va donc prochainement réunir les opérateurs de télécommunications et l’Autorité de Régulation des Télécommunications afin d’examiner cette question [..].”

La question sera donc “examinée”, dommage que le souhait, et encore moins la décision, que cette question soit réglée, n’ait été été émis.

S’il s’agit de pouvoir appeler les fixes de Guadeloupe ou Martinique, à partir de son portable hexagonal en Hexagone dans le forfait, Free vient de le faire, et Bouygues s’est aligné. Mais pas de SMS et encore moins de MMS dans le forfait, ni d’appel vers les portables.

Sans faire de grands discours, que faudrait-il ? C’est tout simple :

Un forfait hexagonal en Hexagone doit pouvoir appeler un portable guadeloupéen ou martiniquais et lui envoyer SMS et MMS, comme il le fait vers les autres portables hexagonaux. Ce même forfait, s’il se trouve en Guadeloupe ou en Martinique, doit pouvoir faire les mêmes choses vers l’Hexagone et vers les Outremers.

Pour le dire plus simplement, tous les forfaits contractés sur le territoire de la république doivent pouvoir être utilisés sur ce territoire, quelque que soit l’endroit où l’on se trouve. Une précision tout de même, et elle est d’importance, data compris !

J.E.L. 22/01/2012 – 23:27

Poster un commentaire

Classé dans Actualités et politique, Guadeloupe, Outremer, Téléphonie