Faire barrage

Lu sur RTL.fr : « […] les chrétiens d’Égypte ont été victimes d’une nouvelle attaque terroriste revendiquée par l’État islamique, vendredi 26 mai. […] En réponse à cette attaque, l’aviation égyptienne a mené dans la foulée six frappes contre des « camps d’entraînement terroristes » en Libye ».

Lors de l’entre deux tours de la présidentielle, j’écrivais : « 109 amis Facebook dont je connais physiquement la plus part. Question à vous : Marine Le Pen présidente, m’aimerez-vous moins ?  Sincèrement, je pensais qu’ils répondraient tous, en substance, que l’amitié n’a rien à voir avec qui gouverne ou pas, et que nous serions amis quel que soit le pouvoir en place. Surtout si celui-ci, à ce que l’on dit, voudrait, en quelque sorte, « rejeter tous les basanés à la mer ». Mais au lieu de cela, j’ai lu oukases, anathèmes et autres vérités révélées. Et qu’en conclusion, il fallait absolument faire barrage à ce F-Haine, et donc de voter pour un pur produit de ceux-là même qui bafouent la démocratie et les droits humains en ayant toujours ces mots-là à la bouche.

Ainsi donc, l’aviation égyptienne a mené dans la foulée six frappes contre des « camps d’entraînement terroristes » en Libye ». Dans la foulée, c’est-à-dire aussitôt, tout de suite… Il faut croire que ces bases d’entraînement sont connues. Dans ce cas, si les démocraties, c’est-à-dire ces pays qui se baptisent ainsi, luttent avec détermination contre ce fléau terroriste, pourquoi n’ont-ils pas depuis longtemps rayé ces camps, et d’autres qu’ils connaissent certainement, de la carte du monde ?

Cependant, si j’en crois la fierté de M. BHL de ce que son pays a fait en Lybie, il devrait par souci d’honnêteté dire « de la Libye », si j’en crois M. Laurent Fabius qui considérait, en tout cas n’a pas contesté, et peut-être considère-t-il encore, que Al-Nosra faisait du bon boulot en Syrie, il est évident qu’il n’y a pas de vraie lutte ferme et sans faille contre ce terrorisme.

Il s’agit là d’un jeu, triste jeu, subtil, d’utilisation de l’exposition médiatique du candidat et de son repoussoir, les deux se présentant comme les hérauts de la culture occidentale, franco-européenne pour l’un, franco-française pour l’autre, l’universel étant relégué au rang de challenger aléatoire, histoire de laisser croire en la démocratie.

Mais lorsque ce système considérera que faire voter une fois pour un Sarkozy, une autre fois pour un Hollande et ensuite un Macron addition des deux, ne sert plus ses intérêts, il aura deux options.

Il fera voter pour faire barrage au terrorisme, donc pour le parti qui en dénonce les raisons, vraies ou fantasmées, depuis longtemps. L’autre étant bien évidemment la guerre, si souvent utilisée, et l’état actuel des choses contre la Russie… de Poutine puisque « c’est un dictateur » comme Bachar el­Assad qu’il soutient, comme Chavez, comme Kadhafi, comme Saddam Hussein.

Et ce jour-là « mes amis » trouveront tous les arguments, oukases et anathèmes contre ceux qui ne se comprendraient pas à cette « évidence » : faire barrage !

J.E.L. le 04/05/2017

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités et politique, Non classé, Société

Vais-je me faire des ennemis ?

Il y a plus de trente ans, alors que je sifflotais un air à la mode, une amie me dit “Tu siffle faux”. Du coup il y a bien longtemps que je ne siffle plus, son avis de musicienne, chanteuse, à l’époque lyrique, et compositrice m’a fait taire définitivement.

Aujourd’hui, elle me demande “Alors, raconte…”. Cette phrase que l’on dit pour demander comment c’était, qu’est-ce que tu en a pensé, tu t’es bien amusé. “Alors raconte…”.

Comment dans ces conditions donner un avis sur une prestation dont on est incapable de commencer  à penser que l’on pourrait en faire le millième ? “Alors… raconte…” ce dernier des derniers Zénith, “Alors raconte…” c’était comment Kassav’ au Zénith ce dimanche 29 mai 2016 ?

Comment rester objectif aujourd’hui quand on a vu naitre ce groupe, concept guadeloupéen aux racines de “mas’ à Saint Jean”. Groupe depuis devenu mythique qui a porté à la face du monde une musique profondément guadeloupéenne. Un groupe monumental, il vaut une statue plus encore que Thierry Henry. Un groupe dont les disques sont toujours indispensables en soirée, en surprise partie comme on disait à ses débuts. Merci à Pierre-Edouard Décimus et Freddy Marshall, normal que ce fût Les Vikings Guadeloupe en première partie, pour la nostalgie et la filiation.

Mais aller au spectacle ce n’est pas aller en boite ou faire la fiesta chez des amis, ou durant le carnaval. Allez voir des musiciens c’est d’abord aller écouter de la musique. Certes, cela n’empêche pas de se lever et danser si l’envie vous en prend, mais on est en droit d’attendre sur deux heures de spectacle un moment magique… le moment magique, la note qui vous va vous éblouir, le solo qui vous emportera et non pas la récitation du disque. Mais bon, je ne suis pas musicien, j’ai dû rater quelque chose.

JEL – 04/06/2016

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Vivre ensemble ?

Monsieur le Sénateur-Maire,

Je vous remercie pour votre réponse.

Je regrette qu’il n’y ait pas de rue à baptiser, mais comme vous l’écrivez de nouveaux quartiers voient le jour, cela laisse un peu d’espoir.

En revanche, “il est probable”, “soient créées” m’incitent à douter d’un avenir positif sur ce sujet.

A Bordeaux, le nouveau pont devait s’appeler Toussaint Louverture mais “la sagacité” des élus n’a pas osé.

A Massy, il y a quelques années, une place devait porter ce même nom, là non plus “la sagacité” des élus n’a pas osé .

On y a mis sa statue, prenons acte.

De vous à moi, Monsieur le Sénateur-Maire, c’est ce type de décisions, ou cette façon de différer, qui font penser à beaucoup que la France est, très malheureusement, institutionnellement raciste.

Peut-être que mes propos vous choquent, mais à y penser une seconde, comment un président de la République du XXIème siècle a pu dire que l’Afrique n’était pas rentré dans l’Histoire ? Simplement parce que consciemment ou non, ou simplement parce qu’on ne lui avait pas enseigné, il était, il est convaincu que la terre d’Afrique n’a rien apporté au monde. Il fallait encore, pour paraphraser Jules Ferry, leur apporter la civilisation, devoir des peuples supérieurs.

Certes, nous sommes en 2014, mais ce président que j’évoque, je ne vais pas vous faire injure de penser que vous ne le connaissez pas.

J’ai relevé des expressions de votre réponse qui me rappelle ceux qui disaient, peu ou prou, que les nègres seraient civilisés, peut-être dans mille ans.

J’étais, comme beaucoup de Massicois et d’autres venus d’ailleurs, au feu d’artifice dont le thème était “Vivre ensemble”. C’est un joli slogan, il fait rêver, mais malheureusement, ne je ne suis pas du tout convaincu tout soit fait pour qu’il soit réalisé.

Je me suis donc demandé ce soir-là, pourquoi vivre ensemble dans ce pays de France, pourquoi cela était obligatoire, plus encore pourquoi il n’y avait pas d’autre alternative.

Je n’évoque pas les années soixante durant lesquelles la France est allé chercher de la main-d’œuvre dans ses colonies, je ne pense même pas au Bumidom, pas plus qu’aux les harkis, ceux-là qui ont choisi la France lors de la guerre d’Algérie, et pourtant nous connaissons le sort qui leur a été réservé.

 Non je pense à ces colonisés qui ayant entendu l’appel à lutter du général de Gaule n’ont pas hésité à venir pour mourir pour libérer ce pays, ne pensez-vous pas qu’ils auraient pu rester chez eux ?

 Et c’est maintenant qu’il me faut vous présenter Félix Éboué, guyanais, pas un guyanais à peau claire comme l’était Gaston Monnerville, plus acceptable, peut-être.

Afficher l'image d'origine

Savez-vous que  cet homme, Félix Éboué, gouverneur du Tchad, dès le 18 juin 1940 se rallie au général De Gaule, et un peu plus de deux mois plus tard proclame le ralliement officiel du Tchad au général De Gaule. Ce faisant, il donne une légitimité politique à la France “libre”.

Il donne une existence à la France non “collabo”, parce que celle-là était une France exclusivement vaincue puisqu’alliée aux allemands.

 Je laisse la suite à vos historiens, mais vous aurez compris le rôle clé de Félix Éboué dans l’existence même de la France libre et donc de la France dont vous êtes maire d’une ville.

Je n’oublie bien évidemment pas, pour reprendre votre expression, les combattants de toutes les colonies.

 Voilà pourquoi Monsieur le Sénateur-Maire nous devons vivre ensemble, mais pas comme un slogan qui fait joli dans le discours.

Nous devons vivre ensemble parce que tous ces “métèques”, “basanés”, “bougnoules”, “crouilles” et j’en passe et des pires, tels qu’on les appelait encore quand je arrivé en Europe au tout début des années soixante, ceux-là donc ont fait que la France existe aujourd’hui.

 Voilà aussi pourquoi, sans attendre un hypothétique futur qui serait dessiné par “la sagacité” élus : il va y avoir une, certainement jolie, place devant l’Opéra-Théâtre, Félix Éboué peut et doit lui donner son nom avec son buste.

À F-91300 Massy le 24/06/2014 – Màj le 27/04/2016

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

L’offensive frontale est lancée

Ce pays de France est extraordinaire, pour régler un problème, on le légalise : une majorité de jeunes fume ou a fumé du cannabis, légalisons le ainsi que le drogues “douces”, on constate que deux homme ou deux femmes vivent ensemble et ont des rapports sexuels, faisons le mariage homosexuel, les enfants ne sont plus tenus par les parents, majorité à seize ans.

Trop de jeunes sortent su système scolaire sans diplôme, donnons la majorité à seize ans. Certes Madame Le Ministre Dominique Bertinotti ne présentera en fin d’année, selon le JT Guadeloupe 1ère du 02/10/2013, qu’un projet de “pré-majorité”, mais faut-il être dupe ? que l’on se souvienne des arguments et promesses lors du PACS.

Il y aura des arguments, certains déjà se font entendre dans ce JT, ils sont du même types, voire les même que pour la majorité à dix-huit ans. Je confesse que,vingtenaire en 1968, nous étions tous, ou presque, partisans de cette majorité à 18, même, et peut-être surtout, si nous l’avions obtenue à 21.

Aujourd’hui, nous nous rendons compte, ou nous devrions, que toutes ces changements fondamentaux, présentées comme des réformes, ont déstructuré notre société. Déresponsabilisation des parents, qui ne sont pas des “spécialistes” et vont traumatiser leur enfant, fin du service militaire obligatoire, baccalauréats multiple aux épreuves différentes par académie, fin  du pouvoir des profs, qui normalement sont les professionnels de l’école.

Au bout de tout cela chaque génération qui sort de l’école n’a rien en commun, pas même le brassage, qui était, j’en conviens, parfois violent, du service militaire. Dans chaque génération des individus qui ne parlent pas la même langue ! Ah si, elles ont en commun la violence au cinéma et dans les jeux vidéo, les drones étatsuniens qui vont tuer les gens chez eux. Ou un président français qui veut aller punir un autre chez lui.

J’entends déjà dire que le monde change, il faut s’adapter ! S’adapter… à quoi, à la dérégulation…. être celui qui va être plus compétitif, qui va manger son voisin, son ennemi en quelque sorte ?

Une société est un groupe organisé autours de piliers qui doivent résister aux tempêtes, qu’on enlève ceux qui existent, soit,mais par quoi les remplace-t-on, rien. Evoluons, soit, mais pour être meilleurs, le constat est accablant.

Et dans ce contexte où l’Histoire et la Philosophie ne sont plus ou pratiquement enseignées, où il devient impossible de comprendre d’où on vient pour savoir où on va, et encore moins où on pourrait aller, il y en a qui bataillent pour donner la majorité à seize ans. Seize ans ! Et bien sûr la majorité sexuelle à 14. Et après 13 ? retour au 19ème siècle ! avec travail le dimanche, la privatisation de la Santé et de l’École.

J.E.L. – 15/10/2013 – 23:18

Poster un commentaire

Classé dans Actualités et politique, Guadeloupe, Société

Ah la pensée unique …!

Aujourd’hui, 23/09/2013, sur Radio Guadeloupe, pardon Guadeloupe Première la radio (ouf… long et pompeux!) sur les coups de 8:00, Alex Kubi (1) interroge une dame qui, travaille, si j’ai bien compris, sur une chaine de télévision.

Il lui pose la question, devenue gênante, du moment : si tu étais maire, pourrais-je venir dans la mairie pour épouser mon compagnon qui a le même sexe que moi ? Prenant son courage à deux mains, la dame lui répond qu’il met le pied dans le plat, qu’elle serait très embêté et conclue qu’elle fait partie de l’ancienne génération, etc.. etc.

Non Madame, ce n’est pas une question de génération, c’est un choix d’organisation de notre société. En disant cela vous entrez dans cette multi-division que l’on fait de notre société : musulman contre non-musulman, fonctionnaire contre non-fonctionnaire, vieux avec de bonne retraite contre les jeunes qui n’en auront pas,  etc… et dans le cas qui nous intéresse ici “jeune” contre “vieux”, les “qui se disent progressistes” contre les autres, et par glissement successifs “les fachos” contre les autres ou l’inverse. Et bien sûr dire cela c’est être homophobe, tout comme critiquer la politique du pays Israël est qualifié d’antisémitisme.

On aura beau retourner les choses dans tous les sens, il faudra toujours un mâle et une femelle pour procréer. On me répondra qu’il ne s’agit pas ici de procréation mais d’amour (2) et de famille, bien qu’on nous ait dit lors des débats que cela s’arrêterait strictement au mariage.

On rétorque que les hétéros “produisent” des “homos”, certes, alors, en l’absence de chiffres à venir, on peut supposer que les homosexuels produiront autant d"’hétéro”s que les “hétéros” produisent d’homosexuels, ou alors il faut nier l’impact de l’environnement sur l’éducation et la formation de l’individu.

Il y en a qui font semblant de ne pas comprendre et disent mais qu’est-ce que cela enlève aux hétéros ? Sauf que le refus du mariage homosexuel, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom, n’est pas exclusif des hétéros. Mais passons, qu’est-ce que cela enlève aux autres, mais tout simplement le droit de dire “non”. On a enlevé, dans un pays qui se prétend démocratique, le droit d’une majorité, au moins 61%, de refuser un bouleversement fondamental de sa société. A cela on répond que si on avait fait un sondage au moment de l’abolition de la peine de mort, les gens auraient été contre. Je doute qu’il n’y ait pas eu de sondage sur le sujet à l’époque. De plus le fondement de la pensée de ce pays est chrétien avec le “tu ne tueras point” sans oublier les mobilisations sur le cas de Caryl Chessman exécuté aux USA en 1960, bref l’opinion était déjà contre la peine de mort. Mais ici la pensée chrétienne retenue pour cette abolition, ne vaut plus pour ce mariage dit pour tous.

On fait semblant d’oublier que notre société s’est organisée sur ce constat naturel. Mais voilà, l’Homme pense pouvoir dominer la Nature. Il oublie que tôt ou tard elle reprend ses droits.

A moins que tout cela ne corresponde à un projet organisé de dépeçage de notre société.

J.E.L- – 23/09/2013 – 18:05

(1) qu’il me pardonne si l’orthographe de son nom est incorrecte.

(2) et l’on confond allègrement amour et pratique sexuelle

Poster un commentaire

Classé dans Guadeloupe, Société

Le ridicule ne tue pas

Sur voila.fr, un article du 12/03/2013, “Avec 37 meurtres, la Guadeloupe prend la tête des tristes records”, qui cite Monsieur le procureur de la république. La fonction n’ayant pas de sexe, c’eut été une femme j’aurais écris Madame le procureur, comme Madame le préfet, et non pas la préfète qui rime trop bien avec schtroumpfette.

Donc , Monsieur le procureur de la République à Pointe-à-Pitre “avait tonné en son Palais de Justice : Je suis en colère, tout comme j’ai honte, aujourd’hui, de représenter la société guadeloupéenne".

Si ce n’était ces trente-sept vies perdues et tant d’autres gâchées, on pleurerait de rire devant le spectacle qui a dû être donné lors de cette conférence de presse. Le procureur de la République sur un territoire français, ou alors il y a quelque chose qui m’échappe, représente la République, donc l’état français, celui qui organise la société et plus particulièrement l’école.

Mais voilà déjà trois ou quatre décennies que l’école ne forme plus des citoyens, mais des ouvriers ou des techniciens. Aujourd’hui, on nous annonce un nouvel “allègement drastique de programmes d’histoire.[…]  Une entreprise de décervelage” ou en tout cas une nouvelle génération qui en saura encore moins que la précédente d’où elle vient. Une nouvelle génération qui sera éduquée à coup de “GTA” et “Die Hard”.

J.E.L. – 18/09/2013 – 00:52

Poster un commentaire

Classé dans Actualités et politique, Guadeloupe, Société

Bien éduqués…

JT de Guadeloupe 1ère du dimanche 08/09/2013, suite de l’affaire Allan en Martinique : une marche pacifique, contre la violence qui se transforme, certains diraient dégénère, en expédition punitive. Que l’on me permette de m’étonner que l’on s’étonne. Ces jeunes gens sont parfaitement en symbiose avec le système dans lequel ils vivent : éduqués à la violence (jeux vidéo, cinéma…) depuis la maternelle où on leur apprend que leur avis vaut celui d’un adulte. Qu’un adulte autre que leurs parents ne peut leur faire aucune remontrance pour une conduite inappropriée. Sans parler de ces parents qui, avant même d’entendre le pourquoi des chose, sont prêts, et parfois le font, à agresser celui qui tenterait de raisonner leur enfant. Ne parlons pas des enseignants qui, passés la grille de l’établissement scolaire n’ont plus le droit à aucune remontrance, et ceci même à l’intérieur de l’école sans être dans le droit dit commun.
Bref, "paix" et "punition", ne sont-ce pas là les arguments du président français, qui veut aller faire la guerre à un pays souverain, au mépris du droit international, que lui-même et ses, oserais-je dire, acolytes, ont mis en place, au prétexte que le gouvernement suscité aurait commis un acte inqualifiable ?
Alors l’assassinat d’un jeune, n’est-il pas un acte inqualifiable ? Ne mérite-t-il pas une punition ciblée ? Ces jeunes n’ont pas touché à l’occupante de cet appartement, territoire privé, mais on détruit des meubles, attaque ciblée ?

J.E.L – 09/09/2013

2 Commentaires

Classé dans Guadeloupe, Société